lundi 8 janvier 2018

Casa Calvet, Barcelone


Lorsque l’on décide d’avoir un repas du réveillon de Noël au restaurant, ce n’est pas toujours très évident et bien entendu assez personnel. Pour ce repas, j’apprécie un lieu plutôt classique avec un décor qui me rappellera cette fête, une table avec nappes blanches, un décor soigné et une ambiance plutôt feutrée. Quelques critères vraiment pas évidents à Barcelone car la plupart des établissements sont assez contemporains, les grandes tables se trouvent la plupart du temps dans des hôtels avec plus ou moins toujours la même décoration stérile et moderne et pour finir certains établissements profitent de l’occasion pour pratiquer des tarifs vraiment indécents.  Si vous me demandez « où aller » pour une telle soirée…Je serais assez embarrassé si vous aviez les mêmes critères que moi. Pour ces raisons, cette année je me suis dis qu’un repas à la « Casa Calvet » se rapprocherait le plus de mes attentes.


Adresse incontournable pour les amateurs d’architecture et d’histoire, la « Casa Calvet » fût conçue par Antoni Gaudi en 1899 pour le Père Calvet, fabricant de textile. Immeuble de quatre étage et chef d’œuvre du Modernisme catalan. Propriété privée qui ne se visite pas, c’est au rez-de-chaussée que se trouve donc ce restaurant simplement appelé « Casa Calvet ».

Une très belle porte d’entrée un peu en retrait de la rue et qui immédiatement vous plonge dans l’univers de l’architecte catalan avec ses vitraux représentant des feuilles et des fruits, avec la date de construction du bâtiment.


Une réception qui se trouve plutôt être un coin de bureau avec un ancien livre ouvert ou serait inscrite votre réservation. Une impression de se trouver dans le bureau d’un appartement privé avec cette collection de livres alignées, cette ancienne horloge et cet ancien miroir.


Réception qui se prolonge par un couloir vous amenant dans la salle principale de l’établissement. Sur la droite deux salles privatives pour réunions de familles ou simplement des groupes. Salles simplement séparées par de belles parois boisées ciselées et vitrées. Au sol, des tapis, sur les murs de faience blancs, des lumières de style art-nouveau.





La spacieuse et confortable salle principale est comme l’on pourrait de l’imaginer offre une ambiance chaleureuse, un espace soigné et légèrement pompeux. Il s’agit des anciens bureaux de comptables et du conseil d'administration qui ont été convertis en salles à manger, où le goût et l'élégance est préservée pour le plus grand plaisir des clients.  Grande baie de vitraux, plafond de style typique catalan de l’époque, tables nappées, chaises recouvertes de velours rouge, tapis persans au sol sur un parquet, le lieu est idéal pour un moment tel que ce soir.






Dans un des coins, une autre salle privative mais de taille légèrement réduite. Murs de faience blanche, photos noir et blanc du passé, anciennes affiches, un magnifique endroit.


En cuisine le chef Miguel Alija qui propose une cuisine méditerranéenne classique avec une pointe de créativité. Il faut mentionner que pour ce repas du réveillon de Noël, aucun menu n’est imposé, ce qui est malheureusement souvent le cas ailleurs mais que le client peut soit diner à la carte soit choisir l’un des menus qui sont adapté à la saison. Menus d’ailleurs sagement tarifés pour une telle soirée et surtout un tel endroit puisque celui de ce soir est à 63 euros, service de pain, eau et café inclut. Un ensemble de plats à première vue assez classiques, tendance un peu bourgeoise et française.

Pour commencer une coupe de Cava Rosé de la maison Raventos i Blanc en 2015, Cava souvent servi dans les bonnes maisons et toujours très agréable.


Petit amuse-bouche un peu quelconque pour démarrer avec un cube de saumon type gravlax, un fromage battu à l’aneth, une crème d’asperge autour.


Une salade comme entrée avec de la mangue, framboise, accompagnée de coquilles Saint-Jacques, vinaigrette à la cardamome. Joliment présenté, pas franchement mon style, des Saint-Jacques minuscules trop cuites, mais cela reste tout à fait correcte.



Changement complet de registre avec un surprenant ravioli d’huitre au Cava, poireau et pommes, bouillon de petites seiches. Un plat vraiment mémorable, gourmand et original. La pâte est fine, l’huitre à l’intérieur est charnue et parfaitement cuite. On appréciera le côté un peu doux de la pomme associée à la saveur du poireau un peu caramélisé et pour compléter cette délicieuse sauce à base d’encre qui met bien en valeur le tout. Pour moi, l’assiette de la soirée.


Belle assiette plus classique avec un filet de sole et scampi dans une sauce au fenouil sur un lit de légumes vinaigrés. Plat méditerranéen dans son apparence, coloré, un poisson bien cuit, des légumes eux aussi à la cuisson maitrisée et une petite sauce avec une pointe de vinaigre.


Met principal avec un rack d’agneau de Burgos avec une croute de champignons, focaccia aux asperges vertes et parmesan. La viande est de qualité, la cuisson précise, la croute bien parfumée de champignons, une petite galette de pain avec quelques tronçons d’asperges et un très bon fond de sauce. Assiette convaincante et bien dressée.


Un peu moins emballé par le dessert qui est un lingot de chocolat accompagné d’une glace au Baileys. Beaucoup trop riche, compacte et écoeurant.


Comme vin rouge un Nita Priorat 2015 Meritxell Palleja, vin équilibré et puissant qui accompagnera parfaitement l’agneau.


Une très belle prestation pour une soirée de Noël, un lieu évidemment de toute beauté et une cuisine tout à fait adaptée à l’endroit, la circonstance. Assiettes maitrisées, dressages agréables, certains produits furent de qualité comme poissons, viande et légume. Un public plutôt assez varié et non pas que touristique mais aussi une génération de personnes locales qui apprécient le côté un peu solennel de l’établissement.